Le Désordre Télécharger au format iCal
 

Date limite de soumission : 24 avril 2017

Appel à communications, Le Désordre: Politique, Arts et Société. Mondes anglophone, francophone et ibérique. 17 et 18 novembre 2017
Désordre financier, climatique, social, politique ou même amoureux[1], notre époque moderne – plus que toute autre époque – semble faire du désordre une de ses constantes structurelles, omniprésente et virulente. Sous l’impulsion des crises, des guerres et des révolutions, les repères se brouillent et les modèles vacillent et c’est tout notre rapport au réel, au présent, à une certaine idée de la vérité qui se trouve bouleversé par l’irruption du désordre dans le quotidien. Le désordre revêt alors les habits du chaos, de l’anarchie, de la catastrophe. Le mot véhicule craintes et angoisses. C’est ainsi que le désordre se retrouve associé à « une maladie du social qui tient l’individu et par extension la collectivité en état d’insécurité »[2] (Balandier, Le Désordre, 197). Nos sociétés cherchent la stabilité dans la permanence, la tradition, la continuité ; le désordre, lui, s’épanouit dans la rupture des normes et le renversement des codes. Toute société lutte contre le désordre, pourtant aucune d’elle ne peut totalement l’éliminer, à l’exception des états totalitaires qui bâtissent leur pouvoir sur un ordre figé, un conformisme élémentaire et rude. La question centrale sera alors celle du rapport de nos sociétés modernes démocratiques aux expressions de désordre. Mouvements sociaux, mouvements contestataires, mouvements politiques ou religieux radicaux se multiplient malgré les immenses moyens de répression dont disposent les états pour lutter contre ces derniers. A travers l’analyse de mouvements de désordre spécifiques tels que des conflits ouvriers, des manifestations de révolte de la jeunesse (comme par exemple le cas des manifestations étudiantes au Mexique ou au Chili), les émeutes raciales aux Etats-Unis ou bien encore le hooliganisme au Royaume-Uni, il conviendra de voir comment les états ont réagi face au désordre et ont géré ces situations de conflits.
Le désordre dérange, le désordre effraie mais le désordre fascine aussi et c’est cette autre facette du désordre qui sera également explorée. Imprévisible et destructeur, le désordre peut se révéler exaltant et créateur, une source de renouveau qui libère une énergie féconde. Le désordre apparaît alors comme nécessaire, l’expression même d’une société vivante, en mouvement, qui palpite et respire au rythme des turbulences, « le cœur même d’une société qui bat » selon Régis Debray.[3] Ici notre attention se portera sur les mouvements populaires qui font bouger les lignes et obligent les politiques à penser hors du cadre : Podemos en Espagne, Occupy Wall Street ou de manière plus radicale les printemps arabes sont autant d’exemples de la force d’un peuple en mouvement qui bouscule l’ordre établi et force les classes dirigeantes à repenser leur rapport au pouvoir. Cependant, il existe une autre forme de désordre à l’intérieur même des institutions : le vote en faveur du Brexit le 23 juin 2016 ou bien l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis d’Amérique en offrent des illustrations saisissantes et invitent à s’interroger sur la fragilité des institutions modernes si facilement perméables à l’éruption du désordre en leur sein.
Penser le désordre c’est penser « le complexe, l’imprévisible et l’inédit.[4] » Le désordre invite au débat d’idées et au renouvellement des modèles établis. Sans désordre, nul renouveau. Il en va de même pour la littérature et les arts qui auront une place privilégiée dans ce colloque. Si le désordre effraie le politique, il intrigue et inspire l’artiste qui voit dans la beauté du désordre une source inépuisable de création. Le désordre des êtres et du monde n’est-il pas un des thèmes majeurs de l’artiste ? Toutes les contributions autour de l’esthétique et de l’écriture du désordre seront les bienvenues.Au cinéma, le vocable « désordre » se conjugue de multiples manières, qu’il s’agisse de thématiques, d’esthétiques ou de modes narratifs. S’il serait difficile d’appréhender le désordre des films contemporains, de plus en plus hybrides, sans tenir compte des mécanismes de représentation perpétués par le studio system, il faut également garder à l’esprit qu’à l’instar de la littérature, le cinéma produit du sens, tout en spéculant sur les systèmes et ordres établis. En s’intéressant aux espaces marqués de crises ou de chaos, conflits sociaux, politiques et/ou militaires, etc., le cinéma s’avère également capable de semer le désordre en brouillant, plus ou moins radicalement, les frontières entre le passé et le présent, le fictionnel et le non-fictionnel, ainsi qu’entre les médias (cinéma, télévision, bandes dessinées, internet, etc.).
Comme dans la littérature, il n’est pas rare d’y trouver un personnage central susceptible de remettre en cause l’ordre immuable ou divin, capable d’incarner maintes tensions entre ordre et désordre, lorsque ce n’est pas désordre familial ou sexuel, ou bien la confusion psychologique d’un corps en désordre, devenu monstrueux, qui est mis en évidence. Si la narration dite « classique », impulsée par le désir d’un personnage ayant pour fonction de faire avancer le récit, continue à imprégner les fictions littéraires et filmiques, les récits modernes et post-modernes préfèrent troubler le rêve d’ordre, sans forcément se limiter au « jeu des personnages ». Ainsi, et bien que le rétablissement de l’ordre et de la loi (« law and order ») semble parfois s’inscrire au cœur même du projet de création, jusqu’à en faire l’un de ses principes structurants, le fait de briser l’horizon d’attente permet, par ailleurs, à la fiction de s’ouvrir sur des visions et des vérités nouvelles.
Par conséquent, outre les brouillages entre catégories génériques qui dépassent les typologies relatives aux personnages, lieux et époques, on pourrait s’interroger, au cours de ce colloque, sur l’impact des nombreuses techniques narratives, procédés anciens et actuels qui créent du désordre à la page et à l’écran ; non pas pour restituer l’ordre, mais pour conduire le lecteur et le spectateur vers de nouveaux types d’ordonnancement du réel. Une fois abandonnés les points de vue narratifs fixes et les positions morales clairement établies, la confusion dans les genres permet-elle, surtout dans le contexte actuel marqué par le retour au fantasme de l’ordre, de mieux comprendre le désordre, y compris celui qui pourrait se dissimuler derrière les mots d’ordre d’aujourd’hui?
Ainsi, ce colloque pluridisciplinaire sur le thème du désordre offrira un large espace de discussion et de réflexion sur les multiples facettes du désordre et questionnera les rapports étroits entre désordre, arts, politique et société.


[1] Pascal BRUCKNER et Alain FINKIELKRAUT, Le Nouveau Désordre amoureux, Paris, Seuil, 1977.
[2] Georges BALANDIER, Le Désordre, Eloge du mouvement, Paris, Fayard, 1988.
[3] Interview radio de Régis Debray, Europe 1, 14 mai 2016.
[4] G. BALANDIER, Ibid., p. 10-11.
 
Lieu Université d'Angers, 17 et 18 novembre 2017
Contact 

Agenda

Avril 2018
L Ma Me J V S D
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30

Appels à communication

Congrès du GRIMH: Image et Science - 15/05/2018
Revues latino-américanistes : collecte d'informations - 08/05/2018
Regards sur le paysage - Miradas sobre el paisaje - 10/05/2018
Voir / Revoir. Revenir sur les traces, définir le présent : la Péninsule Ibérique après les dictatures. 4-6 octobre 2018 - 30/04/2018
Représentations iconiques de l’amour. Quels enseignements pour le cours d’espagnol? - 05/05/2018
Convocatoria Congreso Internacional ‘Imaginarios, naciones y escritura de mujeres del siglo XIX en América Latina’ - 17/05/2018
Le renouveau parlementaire : dix ans d’action et de discours (2008-2018) - 18/05/2018
Le travail des enfants au Siècle d'Or - 18/05/2018
Kistch, cursi, camp construcciones culturales transnacionales en América latina - 18/05/2018
Colloque international ASCIGE "Caricature et vie politique en Espagne (1830-1918)" - 25/05/2018
Jornada internacional: Los agentes de la censura en la España de los siglos XVI y XVII - 25/05/2018
Rencontres Internationales de Reims: la Lecture Littéraire dans tous ses états. - 01/06/2018
1968 dans les Amériques / 1968 in the Americas / 1968 en las Américas - 15/06/2018
Croquer l'actualité. 50 ans de dessin de presse et de BD-reportage (1968-2018) - 31/05/2018
Parole et Violence. Quelles représentations dans les mondes hispaniques contemporains ? - 08/06/2018
Construction et déconstruction du politique par les médias européens depuis 1975 - 15/06/2018
Colloque international "La contagion populiste en Europe et aux États-Unis" - 15/06/2018
Colloque : « Productions et identités locales en contexte de mondialisation » - 15/06/2018
Penser la rupture : définitions et représentations - 18/06/2018

Congrés, colloques et journées d'étude

07/04/2018 - Congrès du GRIMH: Image et Science
08/04/2018 - Revues latino-américanistes : collecte d'informations
08/04/2018 - Regards sur le paysage - Miradas sobre el paisaje
30/04/2018 - Voir / Revoir. Revenir sur les traces, définir le présent : la Péninsule Ibérique après les dictatures. 4-6 octobre 2018
05/05/2018 - Représentations iconiques de l’amour. Quels enseignements pour le cours d’espagnol?
15/05/2018 - Convocatoria Congreso Internacional ‘Imaginarios, naciones y escritura de mujeres del siglo XIX en América Latina’
17/05/2018 - Le renouveau parlementaire : dix ans d’action et de discours (2008-2018)
18/05/2018 - Le travail des enfants au Siècle d'Or
18/05/2018 - Kistch, cursi, camp construcciones culturales transnacionales en América latina
24/05/2018 - Colloque international ASCIGE "Caricature et vie politique en Espagne (1830-1918)"
25/05/2018 - Jornada internacional: Los agentes de la censura en la España de los siglos XVI y XVII
28/05/2018 - Rencontres Internationales de Reims: la Lecture Littéraire dans tous ses états.
31/05/2018 - 1968 dans les Amériques / 1968 in the Americas / 1968 en las Américas
31/05/2018 - Croquer l'actualité. 50 ans de dessin de presse et de BD-reportage (1968-2018)
07/06/2018 - Parole et Violence. Quelles représentations dans les mondes hispaniques contemporains ?
14/06/2018 - Construction et déconstruction du politique par les médias européens depuis 1975
14/06/2018 - Colloque international "La contagion populiste en Europe et aux États-Unis"
14/06/2018 - Colloque : « Productions et identités locales en contexte de mondialisation »
18/06/2018 - Penser la rupture : définitions et représentations

Annonces

Aucun événement

Séminaires

Aucun événement
Aller au haut