Regards sur le paysage - Miradas sobre el paisaje Télécharger au format iCal
 
Appel à contribution 2018 Hispanística XX n° 36
Regards sur le paysage (monde hispanique contemporain)
Si l’attrait pour le paysage date, dans nos sociétés occidentales, du XVIIIe siècle, il faut néanmoins attendre la fin du XXe siècle et « le tournant spatial » pour que les études se multiplient et que le paysage suscite l’intérêt de très nombreux champs disciplinaires1. Le paysage faisant aujourd’hui l’objet d’études multiples de la part de géographes, sociologues, anthropologues, historiens de l’art, littéraires..., Hispanística XX a décidé de consacrer un volume à cette question pour explorer la spécificité du monde hispanique qui, grâce à l’immensité des aires géographiques embrassées, peut se prévaloir d’une diversité de types de paysages, qu’ils soient ruraux, urbains, industriels, naturels ou artificiels.

Le volume s’intéressera au paysage comme « réalité », comme « territoire », « étendue de pays », une réalité naturelle et soumise aux actions de l’homme, aux impératifs socio-économiques qui évoluent, un territoire qui se modifie, se transforme au gré du temps et sous l’action de l’homme et qui peut donc être appréhendé dans une perspective géographique, écologique, voire historique, quand le paysage se fait palimpseste (« El paisaje es memoria. Más allá de sus límites, el paisaje sostiene las huellas del pasado, reconstruye recuerdos, proyecta en la mirada las sombras de otro tiempo », Julio Llamazares, El río del olvido, 1990). Mais le paysage est surtout une réalité perçue et représentée, transposée, transfigurée dans et par l’art (la photographie, la peinture qui ont fait du paysage un véritable genre pictural , le cinéma, la littérature...). Nous envisagerons alors le paysage à comme une « étendue de terre, pays, territoire qui s’offre à la vue de l’observateur », qui existe donc indépendamment de celui-ci mais sans oublier qu’il est appréhendé par le regard et par une individualité.
En effet, pour de très nombreux spécialistes, aborder le paysage, c’est s’intéresser à l’interaction entre un espace et un regard : selon le géographe Roger Brunet, « le paysage naît de la rencontre d’un espace et d’un regard » (Mondes nouveaux, 1990) ; Alain Corbin rappelle que « le paysage est une lecture, indissociable de la personne qui contemple l’espace considéré » (L’homme dans le paysage, 2001) ; Serge Briffaud souligne que, dès le milieu du XVIIIe siècle, quand les paysages deviennent pôles d’attraction, ils sont immédiatement conçus comme des « espaces privilégiés de l’écoute du corps, du ressourcement intime et de la découverte de soi-même » et affirme que « le spectacle » est « tant extérieur qu’intérieur » (Histoire des émotions sous la direction de Alain Corbin et alii, Tome II, 2016). Penser le paysage, c’est donc penser une relation affective à l’espace, articuler un paysage extérieur et un paysage intérieur, se situer à un « carrefour où se rencontrent des éléments venus de la nature et de la culture, de la géographie et de l'histoire, de l'intérieur et de l'extérieur, de l'individu et de la collectivité, du réel et du symbolique » (Michel Collot, Les enjeux du paysage, 1997). Aborder le paysage, c’est à la fois porter un regard de l’intérieur vers l’extérieur, ce qui implique une prise de distance ; mais le mouvement peut s’inverser, pour passer de l’extérieur à l’intérieur, dans un mouvement d’enracinement, de projection dans un « pays » qui dit mon être, mon identité. On pourra alors se demander comment l’expression de soi transparaît dans l’évocation d’un paysage qu’il soit naturel ou artificiel, comment l’autoportrait et l’expression de soi empruntent au genre pictural du paysage.
Le volume croisera des contributions de civilisationnistes, littéraires, spécialistes des arts visuels pour déterminer quels regards se portent, depuis le début du XXe siècle et jusqu’à nos jours, sur les paysages des aires hispaniques. Quel art du paysage émerge depuis plus d’un siècle, avec quelles règles (quels dérèglements?) de figuration/défiguration/transfiguration? Comment a évolué la perception que l’on a du paysage en lien avec les transformations des espaces ? Quels sont les nouveaux modèles de paysages ? Comment configurent-ils de nouveaux paysages intérieurs ?
Les propositions de communication devront parvenir à et à avant le 10 mai 2018.
Les réponses seront communiquées à la fin du mois de mai.
La langue de rédaction pourra être le français ou l’espagnol.
Il sera demandé aux auteurs des contributions de devenir membres de l’Association s’ils ne le sont pas déjà (adhésion de 30 euros). Pour toute demande de renseignement, contactez et rendez-vous sur http://hispanisticaxx.fr/ 
Nous n’oublierons pas néanmoins le cas particulier de l’Espagne et l’intérêt des intellectuels de la génération de 98 pour le paysage dès le début du XXsiècle qui a suscité de nombreuses études sur le paysage bien avant la fin du siècle dernier.
Convocatoria de artículos 2018 Hispanística XX n° 36
Miradas sobre el paisaje (mundo hispánico contemporáneo)
Si la curiosidad por el paisaje se manifiesta en nuestras sociedades occidentales a partir del siglo XVlll, hay que esperar sin embargo hasta finales del siglo XX y el “giro espacial” para que se multipliquen los estudios y suscite el paisaje el interés de numerosos campos disciplinarios1. Ahora que el paisaje es objeto de múltiples estudios por parte de geógrafos, sociólogos, antropólogos, historiadores del arte y de la literatura, Hispanística XX ha decidido dedicar un volumen a este tema para explorar las peculiaridades del mundo hispánico que, gracias a la inmensidad de las áreas geográficas abarcadas, puede alegar una diversidad de tipos de paisaje, ya sean rurales, urbanos, industriales, naturales o artificiales.
Dicho volumen contemplará el paisaje como “realidad”, como “territorio” o “extensión de país”, una realidad natural sometida a las acciones del hombre, a los imperativos socio-económicos que van evolucionando, un territorio que se va modificando y transformando conforme pasa el tiempo y bajo la acción humana y que, por ende, puede aprehenderse en una perspectiva geográfica, ecológica, incluso histórica, cuando el paisaje se torna palimpsesto (“el paisaje es memoria. Más allá de sus límites, el paisaje sostiene las huellas del pasado, reconstruye recuerdos, proyecta en la mirada las sombras de otro tiempo”, Julio Llamazares, El río del olvido, 1990). Pero el paisaje es sobre todo una realidad que se percibe y se representa, que se transpone y se transfigura en el arte y por él (la fotografía, la pintura que han hecho del paisaje un verdadero género pictóricoel cine, la literatura...) Consideraremos entonces el paisaje como “una extensión de tierra o país, territorio que se ofrece a la vista del observador”, que existe pues independientemente de éste pero sin olvidar que es aprehendido por la mirada y por una individualidad.
En efecto, para numerosos especialistas, acercarse al paisaje es interesarse por la interacción entre un espacio y una mirada: según el geógrafo Roger Brunet, “el paisaje nace del encuentro entre un espacio y una mirada” (Mondes nouveaux, 1990); Alain Corbin recuerda que “el paisaje es una lectura que no puede disociarse de la persona que contempla el espacio considerado” (L’Homme dans le paysage, 2001); Serge Briffaud subraya que, desde mediados del siglo XVlll, cuando se transforman los paisajes en polos de atracción, inmediatamente se consideran como “espacios privilegiados de la escucha del cuerpo, la regeneración íntima y el descubrimiento de sí mismo” y afirma que “el espectáculo” es “tanto exterior como interior” (Histoire des émotions, bajo la dirección de Alain Corbin et alii, Tomo ll, 2016). Pensar el paisaje es pues pensar una relación afectiva con el espacio, articular un paisaje exterior y un paisaje interior, situarse en una “encrucijada en la que convergen elementos que vienen de la naturaleza y la cultura, de la geografía y la historia, del interior y el exterior, del individuo y la colectividad, de lo real y lo simbólico” (Michel Collot, Les enjeux du paysage, 1997). Acercarse al paisaje es mirar al mismo tiempo del interior al exterior, lo que implica distanciarse; pero este movimiento puede invertirse, para pasar del exterior al interior, siguiendo un movimiento de enraizamiento, de proyección en un paísque expresa mi ser y mi identidad. Podríamos preguntarnos entonces cómo se transparenta la expresión del yo en la evocación de un paisaje, ya sea éste natural o artificial, cómo el autorretrato y la autoexpresión se inspiran en el género pictórico del paisaje.
En este volumen se entrelazarán las aportaciones de los especialistas en civilización, literatura y artes visuales para determinar qué miradas se tienen, desde principios del siglo XX y hasta hoy día, sobre los paisajes de las áreas hispánicas. ¿Qué arte del paisaje surge desde hace más de un siglo y según qué reglas ( o qué desorden) de figuración/desfiguración/transfiguración? ¿Cómo ha evolucionado la percepción que tenemos del paisaje en relación con las transformaciones de los espacios? ¿Cuáles son los nuevos modelos de paisajes? ¿Cómo van configurando nuevos paisajes interiores?
Las propuestas deberán enviarse a y a antes del 10 de mayo de 2018.
Contestaremos a finales de mayo de 2018.
Las contribuciones podrán redactarse en francés o en español.
Los autores deberán hacerse socios de la Asociación si no lo son ya (cuota anual de 30 euros).
Para más informaciones podrán dirigirse a o consultar la página http://hispanisticaxx.fr/ 
No olvidaremos sin embargo el caso particular de España y el interés de los intelectuales de la “generación del 98” por el paisaje, ya desde el principio del siglo XX, que ha suscitado numerosos estudios sobre el paisaje anteriores al final del siglo pasado.
 
Lieu Université de Bourgogne
Contact 

Agenda

Mai 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31

Appels à communication

Diabolus in littera (2) - 30/07/2018
Images et perceptions de l’Amérique du Sud, de l’Amérique centrale et des Caraïbes dans la culture irlandaise - 15/06/2018
Écritures, paroles et espace public en Amérique latine - 15/06/2018
Ethique et Santé - 15/09/2018
Journée d'étude "Chant et Nation" - 24/05/2018
Colloque international ASCIGE "Caricature et vie politique en Espagne (1830-1918)" - 25/05/2018
Montrer l'absence : archives et traces dans le cinéma documentaire - 24/05/2018
"Le nouveau roman latino-américain sans limites. Un dialogue en deux temps: réflexion, création." - 25/05/2018
Jornada internacional: Los agentes de la censura en la España de los siglos XVI y XVII - 25/05/2018
Rencontres Internationales de Reims: la Lecture Littéraire dans tous ses états. - 01/06/2018
Séminaire de Javier Campo (Université Nationale du Centre de la Province de Buenos aires) sur le cinéma documentaire argentin - 01/06/2018
1968 dans les Amériques / 1968 in the Americas / 1968 en las Américas - 15/06/2018
Croquer l'actualité. 50 ans de dessin de presse et de BD-reportage (1968-2018) - 31/05/2018
Journée d'études (linguistique romane) - 01/06/2018
Le sens des formes dans l’Europe d’Ancien Régime : expressions et instruments du politique - 02/06/2018
Colloque Représenter le passage (Mondes romans, XIIe -XVIe siècle) - 08/06/2018
Parole et Violence. Quelles représentations dans les mondes hispaniques contemporains ? - 08/06/2018
Buen Vivir : bilans et expériences de dix années de Constitution en Equateur - 08/06/2018
Cultures, arts et littératures périphériques dans les Amériques : une approche transnationale de la production, la circulation et la réception - 20/06/2018

Congrés, colloques et journées d'étude

02/05/2018 - Diabolus in littera (2)
08/05/2018 - Images et perceptions de l’Amérique du Sud, de l’Amérique centrale et des Caraïbes dans la culture irlandaise
09/05/2018 - Écritures, paroles et espace public en Amérique latine
22/05/2018 - Ethique et Santé
24/05/2018 - Journée d'étude "Chant et Nation"
24/05/2018 - Colloque international ASCIGE "Caricature et vie politique en Espagne (1830-1918)"
24/05/2018 - Montrer l'absence : archives et traces dans le cinéma documentaire
25/05/2018 - "Le nouveau roman latino-américain sans limites. Un dialogue en deux temps: réflexion, création."
25/05/2018 - Jornada internacional: Los agentes de la censura en la España de los siglos XVI y XVII
28/05/2018 - Rencontres Internationales de Reims: la Lecture Littéraire dans tous ses états.
29/05/2018 - Séminaire de Javier Campo (Université Nationale du Centre de la Province de Buenos aires) sur le cinéma documentaire argentin
31/05/2018 - 1968 dans les Amériques / 1968 in the Americas / 1968 en las Américas
31/05/2018 - Croquer l'actualité. 50 ans de dessin de presse et de BD-reportage (1968-2018)
01/06/2018 - Journée d'études (linguistique romane)
02/06/2018 - Le sens des formes dans l’Europe d’Ancien Régime : expressions et instruments du politique
07/06/2018 - Colloque Représenter le passage (Mondes romans, XIIe -XVIe siècle)
07/06/2018 - Parole et Violence. Quelles représentations dans les mondes hispaniques contemporains ?
08/06/2018 - Buen Vivir : bilans et expériences de dix années de Constitution en Equateur
08/06/2018 - Cultures, arts et littératures périphériques dans les Amériques : une approche transnationale de la production, la circulation et la réception

Annonces

Aucun événement
Aller au haut