Colloque international et interdisciplinaire "Femmes face à l'État : militantes, terroristes et dissidentes à travers le temps" Télécharger au format iCal
 
Le colloque qui aura lieu les 23 et 24 mai 2019 est porté par le laboratoire interdisciplinaire LLSETI (Langages, Littératures, Sociétés. Études Transfrontalières et Internationales, EA 3706) de l'Université Savoie Mont Blanc. L'événement est organisé dans le cadre de l’axe 3 consacré aux Interactions entre État et individu, et plus précisément de l’équipe 2 du laboratoire, qui s’intéresse notamment à la liberté d’expression. 
Si l’intérêt des études sur le genre n’est plus à prouver, tout le champ des recherches dans ce domaine n’a pas encore été exploré. L’actualité est marquée par la présence de plus en plus importante des femmes sur la scène publique : elles exercent davantage de fonctions au sein du gouvernement, et celles qui dirigent des États sont de plus en plus nombreuses. Si les militantes, dissidentes et femmes terroristes font également la une des journaux, les travaux qui s'y consacrent sont encore rares. Il existe des études historiques se concentrant sur des aspects précis ou sur des figures particulières de l'opposition à l’État. Ainsi, on trouve des travaux sur les suffragettes, les femens (Christine Bard, « "Mon corps est une arme". Des suffragettes aux femens », Les Temps modernes, 2014/2, 213-240), sur le rôle des femmes dans les organisations terroristes comme la Fraction Armée Rouge ou Action directe (Fanny Bugnon, Les amazones de la terreur, sur la violence politique des femmes de la Fraction Armée Rouge à Action directe, Paris : Payot, 2015). La violence des femmes, qui peut être considérée comme paradoxale au regard des normes de comportement qui leur sont imposées, a également fait l’objet d’une synthèse en 2012 (Coline Cardi, Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes, Paris : La Découverte, 2012).
Le colloque envisagé propose un tour d’horizon des femmes qui s’opposent à l’État en tant que forme de l’autorité dans une perspective interdisciplinaire. Dans ce cadre, la violence pourra être un angle d’étude, mais ne constitue pas nécessairement le cœur des communications attendues, puisqu’il conviendra de s’intéresser non seulement aux femmes terroristes, mais également aux militantes et aux dissidentes en général, terme assez large qui comprend toutes les femmes ayant manifesté leur opposition à des lois, des décisions étatiques ou des pratiques politiques. 
Le colloque se concentrera essentiellement sur l’aire culturelle européenne. Les communications pourront se fonder sur tout type de sources (écrites, orales, iconographiques). Toutes les époques pourront être abordées du Moyen Âge à l’époque contemporaine.
 
3 axes sont proposés à l'étude :
 
Axe 1 - Modalités de la dissidence féminine
On s'interrogera sur les moyens d'action des femmes face à l'État. Pour cela, il faut aussi évaluer les armes dont elles disposent dans une société donnée (comme la liberté d'action ou d'expression, le droit de réponse ou les recours prévus par les institutions...), afin de mesurer la force subversive de leur action et de dépasser le simple récit de leur parcours, pour original qu'il soit. On sera sensible à l'évolution de l'engagement d'une femme dans le cadre d'une trajectoire de vie, en l'occurrence dans le cas de figures particulières de la dissidence, du militantisme et du terrorisme. On veillera à décliner les types d'action ou d'engagement privilégiés par chaque femme : politique, militante, violente, pacifique, intellectuelle... Face au pouvoir étatique, l'action alterne parfois avec la passivité, et la résistance constitue un entre-deux. L'action s'accompagne-t-elle d'un discours et/ou d'une posture, autant d’éléments qui pourraient éventuellement diverger ? Au-delà, on se demandera quel est le rôle de la femme au sein des mouvements citoyens contre le pouvoir étatique et en quoi l'action des femmes diffère de celle des hommes.
 
Axe 2 – Le corps comme outil de dissidence
Le corps des femmes pourra être analysé, notamment la manière dont ce dernier est représenté dans les sources historiques lorsqu'il existe une volonté politique de rébellion et de militantisme, voire de terrorisme. On prêtera une attention particulière à la manière dont les genres sont représentés : le corps des femmes doit-il être masculinisé pour être crédible ? Les femmes, elles-mêmes, se mettent en scène pour faire passer leurs idées. Leur corps peut ainsi apparaître comme un outil, une arme ou un moyen d'expression pour s'opposer aux normes véhiculées par l'État et subir des transformations pour servir leurs idéaux. On s'interrogera sur le caractère éventuellement spécifiquement féminin de l'utilisation du corps dans ce type de combats. 
 
Axe 3 – Réactions de l'Etat
Cet axe se propose d'étudier les diverses réponses de l’État aux demandes et actions des femmes. Tout d'abord, l’État peut être un acteur passif qui décide de ne pas écouter les demandes, et, ainsi, de les ignorer totalement. Il sera intéressant d'analyser les conséquences sociétales de cette non-action gouvernementale. En outre, l’État peut devenir un acteur actif. Il peut d'une part accéder aux revendications des femmes par l'organisation d'enquêtes, de négociations et médiations, la mise en œuvre de plans nationaux, le vote de lois ouvrant de nouveaux droits, ou la création d'institutions au sein même de l’État, telles que des instances ministérielles, consultatives, associatives sous tutelle de l’État, etc. L’État peut d'autre part instaurer des mesures répressives visant à empêcher le développement d'actions jugées dangereuses pour la société et l’État. Il s'agira d'étudier toutes les formes de répression étatique du militantisme et du terrorisme féminins: prohibition, condamnation, emprisonnement, alimentation forcée, etc.
 
La publication des actes est prévue aux Éditions de l'Université Savoie Mont Blanc : www.lcdpu.fr/editeurs/edus/. Les articles seront évalués par le comité scientifique. Les normes d'édition seront transmises ultérieurement. 
Les propositions de communication devront comporter environ 300 mots, une bibliographie succincte et une courte notice biographique. Les langues de communication sont le français, l’anglais, l’allemand et l’espagnol. Elles sont à envoyer avant le 12 novembre 2018 aux trois adresses suivantes : , ,
Lieu Campus de Jacob-Bellecombette, Chambéry, Université Savoie Mont Blanc
Contact Florence Serrano :

Agenda

Décembre 2018
L Ma Me J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31

Appels à communication

D’une langue à l’autre. Histoire culturelle et sociale de la traduction en langues romanes - 15/02/2019
Cinéma, pouvoirs et libertés en Amérique Latine - 20/01/2019
Instabilité et mutations : jeux du « Je » dans la littérature latino-américaine des XXe et XXIe siècles - 15/01/2019
Líneas no 12 : Philosophie en Ibéro-Amérique - 07/01/2019
Recrutement d'un post-doc civilisation - 31/12/2018
Ruptures et paroxysmes Journée d’études 26 avril 2019 Université catholique de l’Ouest - Angers - 30/01/2019
Appel à contributions - Convocatoria de un número especial sobre memoria y literatura (Revista romanica olomucensia) - 15/01/2019
L'audace: vertu, valeur - 28/12/2018
Appel à contributions "La main de Thôt" : Défendre les traducteurs et les interprètes - 20/01/2019
Appel à contributions - Revue ATLANTE - 15/01/2019
Colloque International Les champs du savoir au XVIIIe siècle - 31/01/2019
« La fabrique du patrimoine immatériel en Europe et en Amérique » - 15/12/2018
Nuevas representaciones de la España franquista en la novela gráfica - 08/01/2019
VI CONGRESO INTERNACIONAL DE LA ASOCIACIÓN ESPAÑOLA DE HISTORIA MILITAR - 01/02/2019
XVIIème Rencontre Internationale du GERES - 26/02/2019
Alejandra Pizarnik et l'Europe: errance et permanence - 13/12/2018
Journée d'étude "Le flamenco dans tous ses états : de la scène à la page, du pas à l'image" - 30/06/2019
Première circulaire du IXe Colloque International de la SIERS (Rennes, 19-21 septembre 2019) - 30/03/2019
Journée d'études La Tribuna, d'Emilia Pardo Bazán - 30/01/2020

Congrés, colloques et journées d'étude

09/11/2018 - D’une langue à l’autre. Histoire culturelle et sociale de la traduction en langues romanes
08/12/2018 - Cinéma, pouvoirs et libertés en Amérique Latine
08/12/2018 - Instabilité et mutations : jeux du « Je » dans la littérature latino-américaine des XXe et XXIe siècles
08/12/2018 - Líneas no 12 : Philosophie en Ibéro-Amérique
08/12/2018 - Recrutement d'un post-doc civilisation
08/12/2018 - Ruptures et paroxysmes Journée d’études 26 avril 2019 Université catholique de l’Ouest - Angers
09/12/2018 - Appel à contributions - Convocatoria de un número especial sobre memoria y literatura (Revista romanica olomucensia)
09/12/2018 - L'audace: vertu, valeur
10/12/2018 - Appel à contributions "La main de Thôt" : Défendre les traducteurs et les interprètes
10/12/2018 - Appel à contributions - Revue ATLANTE
10/12/2018 - Colloque International Les champs du savoir au XVIIIe siècle
10/12/2018 - « La fabrique du patrimoine immatériel en Europe et en Amérique »
12/12/2018 - Nuevas representaciones de la España franquista en la novela gráfica
12/12/2018 - VI CONGRESO INTERNACIONAL DE LA ASOCIACIÓN ESPAÑOLA DE HISTORIA MILITAR
12/12/2018 - XVIIème Rencontre Internationale du GERES
13/12/2018 - Alejandra Pizarnik et l'Europe: errance et permanence
13/12/2018 - Journée d'étude "Le flamenco dans tous ses états : de la scène à la page, du pas à l'image"
14/12/2018 - Première circulaire du IXe Colloque International de la SIERS (Rennes, 19-21 septembre 2019)
30/01/2019 - Journée d'études La Tribuna, d'Emilia Pardo Bazán

Annonces

Aucun événement

Séminaires

Aucun événement
Aller au haut